Nous sommes des scientifiques pour rendre la technologie utile à nos clients et réduire un accident en incident

Nous sommes des scientifiques pour rendre la technologie utile à nos clients et réduire un accident en incident

baseline-home / Témoignages / Diphotérine® / LPM / Entretien avec Mickaël Dupont: “La solution Diphotérine® est active, contrairement à l’eau”

Entretien avec Mickaël Dupont: “La solution Diphotérine® est active, contrairement à l’eau”

Propos recueillis par Adrien Mathieu

En charge de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement au sein d’une usine située à Villers Saint-Paul, Mickaël Dupont dévoile son conseil pour protéger les salariés grâce notamment à la solution Diphotérine®.

Prevor : Quel est votre rôle auprès de vos salariés ?
Mickaël Dupont : Je suis technicien hygiène, sécurité et environnement. Je suis en charge de la sécurité du personnel, de l’application des standards et de la réglementation française. Je suis sur le terrain, au contact des salariés pour vérifier qu’ils sont bien protégés avec leurs EPI (équipements de protection individuelle). J’apporte aussi des solutions s’ils sont en difficulté.

Prevor : Quelles mesures mettez-vous en place pour limiter l’exposition des salariés au risque chimique ?
M.D. : Tout est mis en place pour éviter ce genre de désagrément. Nous mettons en place des mesures de protection pour limiter l’exposition de nos salariés et sous-traitants aux agents chimiques. Mais nous ne sommes jamais à l’abri d’un problème, le risque zéro n’existe pas et la Diphotérine® est un moyen très efficace de réagir contre ce type de brûlures chimiques. Notre site de Villers Saint-Paul est équipé de Diphotérine® (une bombe et deux sprays pour les yeux), sous forme de coffret accroché dans chaque laboratoire. Nos zones de dépotage, en plus de cet équipement, possèdent également un extincteur de 5L.

Prevor : Quels avantages spontanés voyez-vous dans l’utilisation de la solution Diphotérine® par rapport à l’eau ?
M.D. : La solution Diphotérine® est active, contrairement à l’eau qui ne va agir que pour laver le produit chimique en surface. Cette méthode de lavage n’empêche pas la pénétration du produit chimique dans la peau et n’a pas d’effet résorbant. Cela demandera de longues minutes de lavage afin de le rendre efficace, contrairement à la solution Diphotérine®. Cette solution, de son côté, a cet effet résorbant, réduisant considérablement le risque de lésions cutanées sur la peau et dans les yeux.

Prevor : D’un point de vue psychologique, comment agir si le salarié est pris de panique face à une brûlure chimique ?
M.D : Si jamais le salarié est déstabilisé, on peut arriver une minute après avec de la Diphotérine® pour le soulager. C’est plus compliqué si on doit déplacer un collègue brûlé vers une douche d’eau, on perd du temps et surtout le moyen d’extraire le produit corrosif. Le stress peut parfois engendrer une perte de moyens et potentiellement, de temps. Pour être plus efficace, on peut soulager rapidement une brûlure avec la solution Diphotérine®. Depuis la mise en place de ce produit, nous n’avons aucun retour négatif et d’ailleurs, il a même un effet psychologiquement positif sur les personnes.

“L’eau ne rentre pas dans les pores, on ne fait que du lavage.”

Prevor : Les douches à eau pour soigner le salarié accidenté représentent-elles un risque d’hypothermie par rapport à la solution Diphotérine® ?
M.D. : Les douches ne sont pas forcément chauffées, elles sont entre 15 et 20 degrés quand on les utilise. La personne devra rester sous cette douche jusqu’à la prise en charge des pompiers, ce qui représente parfois quelques minutes. Entre le choc émotionnel et la température de l’eau, la personne peut rapidement tomber en hypothermie. La solution Diphotérine®, elle, qui est une solution active, demande une plus petite quantité pour être efficace et cela limite les risques cités ci-dessus. J’ai un exemple en tête d’une personne ayant mis en contact un gant souillé à l’acide au niveau de son cou. L’application rapide de la bombe de solution Diphotérine® sur la zone touchée lui a permis de ne pas avoir de séquelles.

Prevor : À votre poste, vous devez sans cesse rappeler les bons gestes à réaliser en cas d’incident. Le message est-il entendu ?
M.D. : Le message passe, on a une vidéo qui montre l’efficacité de la Diphotérine® face à une quantité de produits actifs. On voit qu’il faut une énorme quantité d’eau pour réduire le PH. Avec la solution Diphotérine®, il y a moins de volume à appliquer pour maîtriser un PH très acide ou basique. Comme déjà dit plus haut, le salarié a besoin d’être rassuré psychologiquement et la solution Diphotérine® contribue à cet effet. Il faut cependant renforcer le message : il est nécessaire d’utiliser toute la bombe, ce n’est pas parce que ça ne pique plus que le produit n’est plus actif.

Partager